AccueilPlan du siteSommaire Pratique

Le dossier "correspondance scolaire"

 

J'ai choisi de présenter le matériel intéressant de ce dossier en me servant d'un texte général comme point de départ. Ce texte collectif présente la version "classique" de la correspondance interscolaire.

Mais la correspondance ayant beaucoup évoluée dans sa forme comme dans la place qu'elle occupe au cœur des activités de la classe Freinet, diverses avenues ont été expérimentées dont il faut montrer la spécificité; divers points de vue, sur chaque étape de la correspondance ou chaque manière de faire de la correspondance en classe, sont intéressants à regarder. Chacun peut trouver ainsi une formule qui l'accroche plus, ou qui correspond mieux à sa situation ou à ce que ses élèves ont envie d'entreprendre.

Ainsi donc, pour chaque "chapitre" du texte général qui suit, vous trouverez des indications de lectures complémentaires (titres supplémentaires dont l'ensemble forme une sorte de table des matières) qui proposent différents points de vue sur le même thème. Et à la fin du texte, des indications de lecture sur des thèmes que le texte général ne soulève pas, mais qui sont aujourd'hui des grandes questions au sujet de la correspondance.

Bonne lecture
 

La correspondance interscolaire

Collectif, L'Éducateur, 1973

Présentation de la correspondance scolaire, façon "classique", ce texte servira de point de départ à votre navigation dans le dossier de la "corres"… Cet "outil/technique" de la pédagogie Freinet est en effet un classique, mais a subi à travers les époques diverses mutations qui l'ont gardé à l'avant-plan de notre pédagogie. Voyons ce qu'il a été d'abord, avant de voir ce qu'il est devenu aujourd'hui…

 

Pourquoi correspondre ?

En parlant de la motivation nous avons cité à plusieurs reprises la correspondance interscolaire. On connaît la technique: deux classes de niveaux et d'effectifs semblables échangent entre elles chaque semaine ou chaque quinzaine, lettres, bandes magnétiques, imprimés, documents, colis…

À vrai dire, de toutes les techniques, c'est peut-être celle qui influence le plus sensiblement le climat de la classe et l'orientation pédagogique, car on ne travaille jamais avec autant de cœur et de désintéressement que pour montrer à des amis le résultat de son travail.

Pour que la correspondance joue ce rôle stimulant, encore faut-il qu'elle s'intègre dans le cadre de la classe et ne soit pas une sorte de fantaisie marginale. Dans certaines classes de lycée, on distribue aux élèves des correspondants étrangers mais les échanges ont lieu hors du travail scolaire qui ne peut donc en bénéficier que très indirectement.

Nous voulons au contraire que la correspondance soit partie intégrante de la vie pédagogique. Toute activité du groupe (enquête, album, débat…) est communiquée à la classe correspondante. Très vite, l'enfant qui écrit un texte libre, dessine ou expérimente, ne le fait plus seulement pour sa classe mais aussi pour les correspondants avec lesquels se nouent des liens d'amitié parfois très profonds.

Cet élargissement du groupe social de la classe présente un certain nombre d'avantages que ne pourrait pas procurer un travail, même profond, au sein de la classe.

1) Ouverture sur un milieu différent

C'est plus la connaissance par l'intérieur que l'aspect purement documentaire qui importe dans cet échange. Étudier ce qu'est un bassin minier peut se faire de façon livresque, mais connaître la vie des travailleurs, l'ambiance d'une cité, peut-être les problèmes d'une grève, d'un accident, n'est-ce pas l'élément le plus important, le plus passionnant parce que le plus humain; le reste (l'organisation du travail, la technique, les aspects scientifiques et économiques) sera donné en plus.

2) Regard neuf sur son propre milieu

nous croyons, bien à tort souvent, connaître notre cadre de vie mais les questions parfois naïves des correspondants nous montrent à quel point nous ignorons ce qui nous entoure et cela nous amène à étudier des problèmes que nous ne nous étions jamais posés. D'où vient l'eau des robinets? Pourquoi y a-t-il tant de parents cheminots dans le quartier? Que signifie tel nom de rue? Pourquoi telle coutume bizarre?

3) Confrontation entre deux groupes

très vite, on s'aperçoit qu'au sein des deux classes, les points de vue sont loin d'être identiques. Dans telle classe, la majorité des enfants réprouve la chasse; chez les correspondants c'est l'inverse, parce que les pères sont chasseurs. À propos de problèmes souvent très simples, les valeurs traditionnelles qui ont cours dans le milieu se trouvent contestées par les correspondants qui en respectent d'autres. Les enfants prennent alors conscience de la relativité de certaines données qu'ils croyaient intangibles et ils se libèrent, dans une certaine mesure, de leurs conditionnements familiaux et sociaux pour s'ouvrir à la tolérance et à une vue plus large des problèmes humains.

4) Recours affectif à un autre groupe

Même dans un milieu accueillant, tel enfant reste, quoi qu'il fasse, celui qui mouille encore son lit, le brutal qui a toujours des histoires à la récréation, le fils du travailleur immigré qu'entoure un racisme latent. Par contre pour les correspondants, seul existe celui qui a écrit une si belle lettre, rédigé un texte si intéressant, fait un si joli dessin. Aussi n'est-il pas surprenant que certains "enfants-problèmes" trouvent dans la correspondance l'occasion d'échapper à leurs difficultés, de se rééquilibrer, de devenir enfin eux-mêmes, malgré leur passé, malgré leur milieu.

5) Obligation de se plier aux contraintes de la communication

Enfin un aspect pédagogique important est la nécessité de se faire comprendre clairement par des camarades qui ne sont pas présents. Avec ceux de la classe, on peut se contenter de l'imprécision qu'on réajustera verbalement d'après leurs réactions. Là, il ne faut pas manquer le but et toute imprécision provoquera fausse interprétation ou incompréhension. Il s'agit donc d'utiliser au mieux les outils de communication (langage oral enregistré, écrit, mais aussi schémas, symbolisation). Quel meilleur apprentissage de la rigueur et de la précision que l'échange d'observations ou de recherches!

(voir à ce titre un court extrait sur "la part du maître" en correspondance)

 

Le choix des correspondants

Ce qui compte n'est pas la distance mais un certain dépaysement et le dépaysement, selon les âges, n'a pas la même signification.

Pour les petits, des camarades qu'on ne voit pas chaque jour c'est déjà l'inconnu et certaines classes correspondent avec profit au sein d'une même ville, entre quartiers. Cela permet des rencontres régulières qui rendent l'échange moins abstrait.

Avec de plus grands, il n'est pas toujours nécessaire d'aller bien loin pour trouver un milieu très différent (petit bourg rural et grande banlieue, quartier ancien et grand ensemble, vocation industrielle ou commerciale). Au sein d'un même département, l'échange peut être très riche et surtout permettra aux enfants de se rencontrer plusieurs fois dans l'année.

Plus on gagne en dépaysement, plus le dialogue aussi devient difficile et il y a un équilibre à tenir selon les âges. Les échanges avec les pays lointains seront généralement plus fructueux avec des adolescents qu'avec des jeunes enfants.

(voir pour la correspondance internationale, les précautions que suggère l'auteur de "La correspondance internationale")

 

Qu'échangera-t-on ?

a) Lettres collectives

Toute la classe rédige en commun un message aux correspondants. S'il est écrit au marqueur sur une grande feuille, il sera accessible à tous à la fois. Dans les petites classes, le maître écrira lui-même sous la dictée mais tout le monde illustrera.

(voir à ce titre "La part du maître, ou une lettre collective en correspondance scolaire", qui montre à la fois comment on peut faire pour la lettre collective, mais aussi comment le maître reste garant, en quelque sorte, des règles établies dans le contrat de correspondance)

b) Lettres individuelles

Chaque enfant aura son correspondant personnel dans l'autre classe, il lui enverra des nouvelles, des textes libres. Il aura à cœur d'écrire correctement, sans fautes, d'embellir la lettre de dessins, de trouvailles diverses. Cette correspondance individuelle, souvent la première pour l'enfant, sera parfois le prélude d'une amitié définitive.

c) Texte imprimés

Pour que chaque correspondant connaisse le travail de la classe, nous enverrons une série de nos textes libres imprimés ou tirés au duplicateur, de nos recherches mathématiques, de nos enquêtes, en un mot de tout ce qui constitue le travail collectif de la classe.

d) Albums, documents, maquettes, dessins

Tout ne peut être reproduit en autant d'exemplaires que d'enfants. L'album d'une petite équipe. La maquette, le compte rendu d'une recherche personnelle, d'une conférence seront envoyés aux correspondants (pour une durée limitée si l'on veut les récupérer sauf si l'on a fait le travail en double).

e) Bandes magnétiques, montages

Il est passionnant d'entendre la vraie voix du correspondant mais, contrairement à ce que certains pourraient croire, la correspondance sonore ne peut être que le complément, irremplaçable certes, d'une correspondance écrite qui reste l'élément essentiel.

f) Colis

Rien ne remplace le contact direct avec les éléments vrais venus du pays des correspondants: cidre nouveau du père de Jacques, plantes cueillies dans la garrigue, fossiles trouvés en promenade; et bien sûr aux fêtes, l'échange des milles petits cadeaux qui, dit-on, entretiennent l'amitié.

 

Jumelage des enfants

Après une période de prise de contact de classe à classe, le jumelage des enfants se fait parfois de façon systématique. Plutôt que cette répartition soit faite par les maîtres il est souhaitable que les enfants se choisissent par exemple d'après la présentation écrite par chacun d'eux.

Pour éviter la systématisation qui risque de donner une tournure scolaire on attend généralement que le besoin de correspondance individuelle se fasse sentir; les premiers qui ressentent ce besoin choisissent leur interlocuteur et les liens inter-individuels se nouent.

Il n'est pas nécessaire, surtout à partir d'un certain âge, qu'un enfant corresponde toujours avec le même camarade. C'est d'après les échanges de textes et de travaux personnels qu'il décidera d'écrire à Jean-Pierre sur le karting, sa passion, puis à Claude à propos de son texte sur les Gitans. Ainsi s'établit une correspondance libre, très souple, où chaque enfant vit en contact direct avec tous les camarades de l'autre classe.

Des camarades de l'ICEM ont même constitué un réseau de correspondance naturelle au sein duquel chaque classe n'a pas un correspondant attitré mais s'adresse selon les besoins et les intérêts à tel ou tel d'après les textes et les appels publiés dans une gerbe commune.

Nous ne devons pas nous cacher que l'assouplissement de ces systèmes de relation peut, en favorisant les plus dynamiques, laisser sur la touche, si nous n'y prenons pas garde, les timides, les hésitants, les amorphes. Dans toute notre pédagogie, nous cherchons à parvenir aux formules les moins rigides, les moins systématiques, les plus proches de la vie, mais nous devons tenir compte des habitudes acquises, de la difficulté de suivre chaque enfant, dans une classe surchargée. Tout est affaire de bon sens et de doigté dans la part du maître.

 

Quelques règles

1) La régularité

Dans toute correspondance (même adulte), il vaut mieux une courte réponse à temps qu'une tardive lettre-fleuve. Il faut respecter de façon stricte la régularité des envois.

2) La réciprocité

Dans tout échange, il faut un certain équilibre. Les meilleures volontés se lassent si le décalage est trop grand antre ce qu'on donne et ce qu'on reçoit. Par contre, l'émulation naturelle de classe à classe sera un stimulant bénéfique. Attention, même le correspondant d'un enfant malade doit recevoir quelque chose (d'un autre camarade ou du maître).

3) La recherche de la qualité

Le respect des correspondants implique des lettres bien écrites, bien corrigées, illustrées avec goût. Le temps qu'on y passera ne sera pas du temps perdu, mais un moment d'éducation (peut-être plus utile que l'application au "cahier du jour").

Ne pas oublier aussi que l'enfant dans son enthousiasme montrera, à ses parents la lettre, qui sera malgré nous le test de notre pédagogie.

4) L'échange entre les maîtres

La correspondance n'est fructueuse que si les deux classes vivent en contact étroit, presque en symbiose, donc si les maîtres s'écrivent régulièrement à propos de la vie de la classe, de chaque enfant, de la pratique pédagogique. Il ne faut peut-être pas chercher d'autre secret au climat d'amitié qui unit certains éducateurs habitués aux échanges sincères et profonds.

 

POUR CONCLURE

Nous ne pouvons prétendre répondre à toutes les questions dans le cadre d'un article si court, nous voulons insister sur l'engagement que constitue la demande d'un correspondant. Il faut décider avec prudence les modalités que l'on respectera toute l'année. En effet, certaines classes appuyant toute l'activité sur l'échange, il serait malhonnête de les priver en cours d'année de cette puissante motivation. Si vous êtes hésitants, commencez modestement, mais soyez réguliers, ne décevez pas votre partenaire.

Enfin, vous pouvez compléter vos réflexions avec les textes suivants:

Canevas suggéré de planification annuelle de correspondance scolaire, de Yves Chouinard, tiré d'un dossier du CQEM, pour une manière tout à fait pratique d'envisager l'organisation du travail de correspondance, et pour comprendre son implantation dans le travail de la classe coopérative.

Correspondance scolaire d'hier et d'aujourd'hui, de Alex Lafosse, pour connaître et comprendre les diverses formes de correspondance, ses mutations à travers le temps, et la réalité de la correspondance scolaire dans la perspective des outils actuels de communication que sont les médias informatiques.

La part du maître et la lettre collective, pour ne pas brûler les étapes,… ni l'intérêt.

La correspondance internationale, de Christian Leray, paru dans Chantiers E.S., en septembre 88; comment s'y prendre pour que ça prenne et que ça dure.

La part du maître, un court texte collectif pour situer le type d'intervention souhaitable dans la gestion de cette activité majeure de la pédagogie Freinet
Haut de la page