AccueilPlan du siteSommaire CorresSommaire Pratique

Canevas suggéré de planification annuelle

de la correspondance scolaire

Yves Chouinard, Chantiers no.33, 1986
 

La correspondance individuelle

Contenu

La lettre est indispensable. C'est le moteur affectif de la correspondance. Le contenu de la lettre appartient entièrement à l'enfant qui doit cependant tenir compte de son interlocuteur. Il est intéressant de faire, avant la rédaction de la lettre, un listing collectif des sujets que certains enfants ont l'intention d'aborder, pour aider ceux qui se sentent moins inspirés ce jour-là.

À sa lettre, chaque enfant peut joindre un travail personnel. Si on l'encourage à le faire, on ne l'oblige en aucun temps. Quelques suggestions : un texte libre, un jeu à compléter (composé par l'enfant), un dessin personnel, une recherche individuelle en sciences (humaines, nature, maths…), une recette, un poème, une bande dessinée, les paroles d'une chanson (…transcrites par l'enfant!), un texte d'auteur apprécié et copié, tout ce qui intéresse l'enfant…

Ces suggestions, élaborées avec les enfants peuvent être affichées au coin de correspondance.

Forme

À partir de la 3ième année, les feuilles mobiles sont intéressantes à utiliser d'abord à cause de la diversité des couleurs mais surtout parce qu'on peut les classer facilement. Chaque enfant pourrait avoir son duo-tang (classeur) de correspondance, où il range les brouillons de lettres envoyées et les lettres reçues. C'est un aide-mémoire très utile pour l'enfant qui peut vérifier facilement ce qu'il a déjà raconté ou demandé à son correspondant et pour l'enseignant(e) à des fins d'évaluation.

Pour les petits, on peut remplacer le duo-tang par une pochette accrochée au coin des correspondants. Les échanges individuels pourraient se faire dans une grande enveloppe identifiée de chaque côté aux noms de chaque enfant correspondant. Toutes les enveloppes sont ensuite regroupées dans un même colis pour l'envoi par la poste.

Tous les travaux échangés doivent être clairement identifiés aux noms de l'expéditeur et du destinataire.

Évidemment tous les travaux (pas seulement les lettres) sont corrigés et revus avant la mise à la poste.

 

La correspondance collective

Contenu

La lettre collective influence très sensiblement le climat des échanges. On oublie les petits accrochages individuels pour apprécier collectivement nos correspondants et ce qu'ils nous envoient, on suggère de nouvelles modalités d'échanges, on critique amicalement nos travaux (…respectifs), on remercie, on donne des nouvelles du groupe, bref, on crée un lien affectif et productif entre les deux communautés. Peut-on s'en passer ?

Si le rythme des échanges est assez rapide, on peut faire alterner correspondance collective et correspondance individuelle, et ainsi faire parvenir régulièrement aux correspondants une lettre collective. Sinon, il faudrait profiter de chaque envoi d'un travail collectif pour y joindre un mot d'appréciation globale des échanges et donner quelques nouvelles.

En plus de la lettre, des travaux collectifs (réalisations coopératives) peuvent être envoyés régulièrement aux correspondants. Quelques suggestions : compte rendus d'enquêtes, de sorties, d'événement spéciaux (fêtes, journées sportives…), présentation de notre milieu de vie, rapports d'expériences, échanges de sons, de musique, de paroles enregistrés, jeu collectif, journal de classe, album de textes, dessins collectifs, statistiques (âge, anniversaires, grandeurs, poids,…)…

Forme

Surtout pour la lettre, les feuilles de grand format sont intéressantes parce qu'elles permettent une lecture simultanée de tous les enfants de la classe et favorisent chez les petits une démarche collective d'appréhension du texte.

D'autres supports de communication peuvent avantageusement être utilisés. Citons à titre d'exemples les graphiques et les ensembles, le diaporama, l'album, la cassette audio ou vidéo…

Les colis spéciaux

Il est important qu'il y ait entente entre les maîtres correspondants sur les moments et contenus des colis spéciaux.

Moments: anniversaires, Noël, St-Valentin, Pâques…

Contenus: cartes de souhaits, bricolages, petits cadeaux (éviter les cartes toutes faites et les cadeaux achetés)…

Échanges entre les enseignants

À chaque envoi, il est souhaitable qu'il y ait contact entre les enseignants correspondants. Ce contact permet de s'apporter un soutien mutuel au niveau de l'organisation, des contenus et des modalités de la correspondance. De plus, il est souvent très important d'expliquer ou de souligner à l'enseignant le contenu ou la présentation des travaux des enfants pour provoquer de saines démarches d'encouragement ou de critique chez les élèves correspondants. Cet encouragement ou cette critique sont de puissants facteurs d'objectivation à condition que les enseignants n'aseptisent pas les échanges en corrigeant à outrance la moindre défaillance de forme ou de contenu. Laissons aux enfants le soin de faire leurs expériences; ce sont eux qui viennent à l'école pour apprendre.

Le contact entre les enseignants à chaque envoi peut se faire évidemment par lettre mais pourrait aussi se faire sur cassette. Pour informer le maître correspondant sur les échanges individuels des enfants, on peut se préparer à l'avance une fiche aux noms des enfants correspondants et y inscrire des remarques quand il y a lieu. Ces fiches doivent toutes êtres transmises à chaque envoi puisqu'elles servent dans les deux sens.

Les voyages-échanges

Planification

On détermine si on préfère une journée seulement ou plus d'une journée. On fixe les dates de rencontre; il est préférable de bien distancer les deux rencontres. Pour les plus petits, une rencontre dès le début des échanges s'avère une stratégie efficace dans le choix individuel des correspondants.

Préparation

Il convient d'impliquer les parents et les enfants dans l'organisation du voyage. Si les enfants prennent un repas ou plus chez les correspondants, on peut prévoir un sondage sur les mets préférés afin d'éviter toute complication "diplomatique". Si les enfants sont reçus par les parents, il faut s'entendre sur un éventuel petit présent de remerciement. C'est bien de faire parvenir notre programme aux correspondants au moins deux semaines à l'avance. Et il faut bien clarifier les heures d'arrivée et de départ.

On peut prévoir un petit bricolage "souvenir" pour les enfants reçus.

Si le voyage a lieu en cours d'année, il peut être bien utile de prévoir un moment collectif d'évaluation de la correspondance, pour ajuster le tir et modifier ce qui doit l'être.

Budget

Si le voyage n'est pas directement subventionné (par les budgets de la commission scolaire, du comité d'école, par des dons sociaux ou privés), il faudra prévoir la cueillette de fonds. On peut le faire par sollicitation (vente de journaux, de bricolages, d'articles usagés dans un bazar, en encan…), par récupération (vieux journaux, bouteilles, papier…), par l'instauration coopérative d'une "caisse-épargne-voyage" , gérée par les enfants et permettant à chacun d'économiser régulièrement pour déposer dans son compte l'argent qui servira à payer son voyage.

Le rythme des échanges

Pour le plus lent, on prévoit un minimum de dix jours (incluant la fin de semaine) entre la réception d'un colis et la mise à la poste de notre réponse. Pour le plus rapide, on prévoit un colis chaque semaine et on fait alterner la correspondance collective avec la correspondance individuelle. L'alternance n'est possible que dans ce rythme très soutenu. Sinon la correspondance individuelle subirait un ralentissement dommageable.

Pour tous les rythmes inférieurs à ce dernier, les travaux collectifs sont envoyés à mesure qu'ils sont prêts et c'est la correspondance individuelle qui marque le rythme. Quel que soit le rythme choisi, on a avantage à établir dès le début un calendrier des échanges sinon tout peut devenir prétexte à retarder l'envoi d'un colis.

 

Le démarrage

La façon "classique de démarrer se déroule habituellement comme suit.

La classe A envoie une lettre collective pour se présenter et pour demander à la classe B si elle veut correspondre. La classe B répond par une courte lettre collective et envoie des lettres individuelles de présentation. La classe A procède au choix des correspondants individuels (par les enfants si possible) et la correspondance est démarrée.

Particulièrement chez les petits, le choix des correspondants individuels a avantage à se faire à l'occasion d'une rencontre. Les échanges qui suivront seront beaucoup plus concrets. Dans ce cas, on procède comme suit: la classe A envoie une lettre collective d'invitation à la classe B, qui répond par lettre qu'elle s'en vient, et la rencontre a lieu!
 

Toutes les idées de planification élaborées par l'enseignant(e) devraient faire l'objet d'une décision coopérative des enfants de la classe et être réévaluées par eux tout au long de l'année.

 

Et pour compléter ce canevas…

 

Planification d'une journée de réception de nos correspondants

Yves Chouinard, Chantiers no.34, 1987


Nos correspondants s'en viennent !

On leur a écrit, on les a invité et ils ont accepté notre invitation… Il faut maintenant se préparer.

Avant de vivre cette activité de planification, l'enseignant aura pris soin de savoir à quelle heure les correspondants arriveront et partiront. Cette contrainte de temps est essentielle à l'élaboration du programme.

La question de départ qu'on se pose est: "Qu'est-ce qui pourrait faire plaisir à nos correspondants, ce jour-là?" L'enseignant écrit au tableau TOUTES les suggestions des enfants; les choix se feront plus tard.

Une fois cette première liste complétée, il faut identifier avec les enfants les activités qui sont obligatoires, ce qu'on ne peut pas ne pas faire, et leur faire penser et ajouter celles qui auraient été oubliées. Voici une liste de ces activités indispensables à inscrire au programme:

On passe ensuite aux contraintes de temps. Connaissant les heures d'arrivée et de départ, il convient de demander aux enfants de calculer le nombre de minutes de présence des correspondants (de belles maths, non?). On estime ensuite la durée de chaque activité indispensable. Enfin, les enfants calculent le nombre de minutes qu'on pourra consacrer aux "autres" activités. On s'apercevra alors qu'il nous reste peu de temps à planifier. En fonction de ce temps, on choisira collectivement les activités "complémentaires". Voici quelques idées:

Le programme est maintenant arrêté. Ce n'est pas tout: on a du travail à faire, des tâches à se répartir. Dans un premier temps, il faut identifier ce que tous les  enfants auront à préparer pour "le grand jour". Par exemple, un bricolage-souvenir à remettre au correspondant, un programme de la journée, une petite carte de bienvenue, deux macarons d'identité (pour soi et le sien)… et autres, selon les activités.

Dans un deuxième temps, les tâches à incidence collective sont identifiées et réparties parmi les volontaires:

Un jeu d'accueil amusant !

On peut intituler le jeu "Découvre-moi!" Au moment où les correspondants entrent dans la classe, les enfants ont la tête camouflée sous un masque fabriqué dans un sac de papier brun. Au tableau, chaque correspondant a un message à son nom qui lui souhaite la bienvenue et qui lui décrit le masque à découvrir. Lorsque l'enfant correspondant croit avoir reconnu le masque, il lui suffit de nommer son ou sa correspondant)e) pour voir le masque se retirer si c'est la bonne personne!

Si on fait ce jeu, tous les enfants auront donc à se fabriquer un masque original et à composer le texte de bienvenue qui le décrit.


Haut de la page