AccueilPlan du siteSommaire ÉcrilireSommaire Pratique

Le chemin d'un texte libre

Patrick Chrétien, Claude Crozet

Chantiers E.S., sept.1985

En début d'année, nous avons distribué à chaque enfant un cahier de travaux pratiques grand format que nous avons appelé "cahier de textes libres". Les enfants écrivaient ou dessinaient librement sur ce cahier, en classe, ou au dehors. Les textes étaient présentés à la classe le jeudi matin.

Petit à petit, la production est devenue importante et nous nous sommes aperçus qu'un quart seulement des textes produits étaient "travaillés" et encore… à la va vite et presque uniquement pour permettre la parution du journal. Or, ces textes sont le support d'une grande partie du travail individuel de français.

En fin de trimestre, nous avons pris le temps d'étudier ce problème et à la rentrée de janvier, nous avons mis en place ou amélioré l'organisation liée à l'exploitation du texte libre.

La production

L'enfant écrit quand il veut, soit sur son cahier bleu, soit ailleurs (dans ce cas, nous lui demandons de coller son texte dans le cahier bleu). Nous demandons à l'enfant de dater le texte et de le rédiger en laissant la place d'une mise au point éventuelle. Le texte peut aussi être enregistré sur le cahier sonore (chaque enfant dispose d'une cassette).

La mise au point

Après la rédaction du premier jet, le cahier bleu est déposé dans un endroit précis de la classe, il sera corrigé dans la journée par l'un de nous, selon le code suivant:

Nous avons toujours à l'esprit, dans l'application de ce système que rien ne doit tuer l'envie de s'exprimer par l'écrit. La proposition de travail faite à l'enfant est donc modulée en fonction de chacun (motivation, capacité de travail…). La nouvelle version du texte peut être, soit de nouveau corrigée suivant le code cité si l'enfant est très motivé, soit être terminée avec l'aide du maître. Lorsque le texte est au point, le maître signe le "bon à présenter".

La présentation des textes

Cette présentation a lieu devant la classe, tous les jeudis matin de 9h à 10h. Les textes ayant obtenu le bon à présenter sont lus un à un par leur auteur. Après la lecture de chaque texte, quelques enfants peuvent faire leurs remarques personnelles, le maître donne la parole. Puis, nous votons, en réponse à la question: "Qui est pour que ce texte soit dans le journal?" Il faut et il suffit d'obtenir 50% des voix + une (nous refaisons le calcul à chaque séance).

L'imprimerie

Les textes élus sont attribués aux équipes d'imprimerie (4 équipes). Chaque équipe est constituée:

Les équipes ne peuvent se constituer ou se défaire qu'en conseil de coopé. Chaque équipe munie d'une copie du texte recopié par le maître a une semaine pour "sortir" le texte. La composition, le tirage d'une épreuve sont faits de façon autonome. Cette épreuve est présentée au maître qui peut de la même façon que pour les textes, renvoyer à une correction autonome en notant sur l'épreuve les erreurs relevées. Le texte ne peut être tiré que lorsque l'épreuve est signée: c'est le "bon à tirer".

 Le JOURNAL (compilation de ces textes pour l'instant) est tiré à 60 exemplaires, il est vendu 2 francs au sein de l'IMP et à l'extérieur (lieu d'habitation des enfants). Les textes présentés et non choisis pour le journal sont recopiés et décorés dans l'album de la classe. Notre journal participe à 2 circuits d'échange ICEM. La réception du premier journal échangé qui comportait une enquête sur le bonheur et le malheur a permis, après lecture, un débat sur ce thème dans notre classe. Ce débat sera dans notre prochain journal, c'est la première ouverte naturelle sur un journal qui serait plus qu'une simple compilation de textes.

Et chez vous, ça marche comment?…

Haut de la page