AccueilPlan du siteSommaire ÉcrilireSommaire Pratique

Texte libre

Bruno Schilliger, Janine Charron, Marie-Pierre Fontana

Chantiers E.S., mai 1989

En classe unique

(Bruno Schilliger)

Dans ma classe unique, les occasions d'apprentissage de la langue sont multiples, que ce soit à travers la poésie, la lecture, la correspondance, ou même le théâtre… mais lors du travail du texte libre, notre attention est plus particulièrement portée sur cet apprentissage. Mon objectif général est d'apprendre aux enfants à LIRE-ÉCRIRE-COMPTER en partant de leurs apports et le texte libre est l'un de ces éléments.

Du texte libre brut

Dans la semaine figurent à l'emploi du temps deux "choix de texte" lors desquels chacun peut présenter son texte avec la certitude d'être entendu et respecté (3 lois: on écoute celui qui parle, on ne se moque pas, tout ce qui est dit ne doit pas sortir du groupe). Des questions peuvent être posées à l'auteur. Ensuite, on passe au vote (on vote après la lecture de chaque texte). Pour cette séance, nous avons un président et un secrétaire qui dessine et note les scores au tableau. Pour chaque texte, et de façon à avoir un vote plus affiné, on vote sur 3: chacun lève un, deux ou trois doigts… ou aucun.

Le journal est une œuvre collective et non la juxtaposition de textes individuels, c'est pourquoi l'on vote. Le texte élu lors du "choix de texte" sera mis au point collectivement. Auparavant, et dans la même journée, nous avons un moment prévu dans l'emploi du temps pour l'écriture éventuelle d'un texte. C'est un point qui me semble important: il existe un temps et un lieu pour l'écriture d'un texte. Aucune intervention de ma part lors de ce moment. Ils n'écrivent pas pour me faire plaisir. Leur texte ne m'intéresse pas.

De la mise au point collective du texte libre

Alors que je corrigerai les textes libres non-élus qui seront ensuite recopiés… Alors que les textes libres non-élus verront une correction de ma part et seront recopiés dans le cahier personnel de textes libres de l'enfant concerné (la copie du texte est payée en monnaie intérieure: voir note de fin de texte), le texte choisi par la classe sera écrit au tableau et travaillé collectivement le lendemain.

Lors de cette séance, les enfants, armés de dictionnaires et de "J'écris tout seul", corrigent dans un premier temps les erreurs orthographiques et, dans une deuxième phase, proposent des modifications à propos de la syntaxe, concordance des temps, formulation,…

L'auteur est toujours maître de sa production car toute modification ne peut se faire qu'avec son accord.

À ce moment, mon travail consiste surtout à faire approfondir les idées de manière à enrichir le texte. Là, je ne m'abstiens certainement pas de donner mon avis, d'apporter des expressions nouvelles, des verbes plus précis, des mots peu usités par les enfants.

Durant ce moment, des lois permettent à chacun de participer: les enfants rose, blanc, jaune ou orange en orthographe (1) peuvent intervenir sans demander la parole, alors que les verts doivent la demander (les niveaux en orthographe se limitent actuellement aux verts foncés car dans la classe unique où je me trouve cette année, les enfants ont un niveau assez faible dans ce domaine).

Cette mise au point collective dure ¾ d'heure, temps qui me semble permettre une bonne mise au point et aussi éviter la lassitude ou la baisse d'attention.

Lorsque le travail est terminé, l'auteur peut relire, s'il le souhaite, le texte définitif. De toute façon, il y a toujours beaucoup d'amateurs pour lire ce texte qui met en sécurité face à la lecture puisqu'on vient de le mettre au point. Même les blancs ou jaunes s'y essayent. Le lendemain, le texte sera l'objet d'une étude portant sur le vocabulaire, la conjugaison et la grammaire.

De l'étude du texte

Il s'agit également d'un moment prévu à l'emploi du temps et qui n'excède pas ½ heure. Le texte est le support d'apprentissages, mais il n'est pas question de dégoûter les enfants d'écrire en les assommant par un travail fastidieux. Chaque enfant dispose du texte, imprimé ou limographié la veille lors de la sséance d'ateliers. Le responsable-distribution s'en occupe. Ce texte est collé dans le cahier du jour.

Là encore, chacun travaille à son niveau grâce aux ceintures de judo (1). Au tableau, j'inscris le travail à réaliser pour chacun des niveaux de ceintures.

Un exemple: le texte de Karen…

Dimanche dernier, Aurore, ma sœur et moi avons été nous faire percer les oreilles. Aucune de nous ne voulait passer la première. Finalement, Chrystelle s'est décidée et les a choisies rouges. Ensuite, ce fut mon tour et celui d'Aurore, nous avions peur, mais tout compte fait nous n'avons pas ressenti de douleur. On va peut-être m'offrir une nouvelle paire de boucles d'oreilles pour mon anniversaire.

Travail à réaliser:

Jaune…              1) entourer tout ce qu'on sait lire

Orange…       1) donner un titre au texte

              2) Karen s'est fait percer…

              3) entourer tous les mots où l'on voit et entend "ou"

              4) souligner tous les NOMS du texte

              5) chercher un synonyme de "peur"

              6) conjuguer le verbe PERCER au présent, au futur

Vert clair…       1) souligner les VERBES et leur SUJET

              2) chercher un synonyme de DOULEUR

              3) expliquer TOUT COMPTE FAIT

              4) conjuguer le verbe PERCER au présent, imparfait

              5) quel est le contraire de PERCER

              6) écrire les verbes du texte qui sont à l'infinitif

Vert foncé…       1) chercher un synonyme de FINALEMENT

              2) souligner les verbes au passé composé

              3) chercher des mots de la même famille de ANNIVERSAIRE

              4) écrire la deuxième phrase au présent et au passé composé

              5) conjuguer le verbe PERCER au présent, futur, imparfait, passé composé

En outre, les mots du texte qui ont posé problème lors de la mise au point et qui ont nécessité une correction, seront inscrits dans le répertoire personnel de chaque enfant. Là encore, en fonction des niveaux, les mots inscrits ne sont pas les mêmes d'un niveau à l'autre.

Ces mots seront travaillés par chacun, en classe ou à la maison et une évaluation a lieu le samedi. On nomme ce moment la "dictée à deux": l'un des deux enfants prend le répertoire de l'autre et lui dicte le mot choisi au hasard. Ensuite, il y a comparaison avec le répertoire. Si le mot est correctement écrit, l'autre enfant inscrit une barre à côté du mot. Lorsque l'enfant aura comptabilisé 4 barres, le mot ne sera plus revu systématiquement. Si le mot n'est pas correctement écrit, l'enfant devra le revoir ultérieurement par visualisation-copie.

Ensuite, on permute et c'est au tour de l'enfant qui écrivait le mot, d'en dicter un à son camarade. En fin de séance, chacun compte le nombre total de mots dictés et le nombre de mots réussis et l'inscrit sous forme de fraction: ex.: 26/27.

Bien entendu, je passe auprès de chacun pour une dernière vérification. Comme je ne peux être partout à la fois et qu'il me semble important que les enfants visualisent des mots correctement écrits dans le répertoire, chaque chef d'équipe (nous avons des équipes fixes dans la classe) vérifie après chaque séance les mots qui viennent d'être écrits. Je procède à un contrôle général des carnets avant chaque vacance.

En ce qui concerne l'étude de texte, je vous livre quelques idées:

Entourer ce qu'on sait lire

Questions de lecture (ex.: de quelle couleur est le chat de Virginie?)

Recherche de "sons" dans les mots (ex.: recherche le son "ou")

Analyse grammaticale (sujet, verbe, compléments…)

Pointer les terminaisons des verbes, des noms au pluriel…

Mettre les verbes du texte à l'infinitif

Quels sont les modes et les temps des verbes du texte

Transformation du texte (ex.: c'est le bijoutier qui parle. Raconte…)

Chercher les verbes au… (futur, présent…)

Souligner les mots grammaticaux (noms, adjectifs, adverbes…)

Changer le temps de verbes du texte

Mettre une phrase au… (temps)

Lecture d'une phrase-clé

Dictée d'une phrase-clé

Rechercher dans les textes des mots où l'on entend… (sons)

Synonymes (rechercher ou réemployer dans une phrase)

Expliquer… (tel mot, telle expression)

Chercher un mot de la même famille que…

Retrouver la règle de…

Homonymes (rechercher ou réemployer dans une phrase)

Donner un titre au texte

Cocher la phrase juste (j'écris 3 phrases dont une seule est juste)

Expliquer une phrase

Travail sur le vocabulaire (ex.: rendre doux… adoucir)

Imaginer une suite au texte

Recherche des différents sens d'un mot

Quel est le contraire de…

Recherche de la racine d'un mot

Certains seront peut-être choqués que, dans ma classe, le texte libre soit l'objet d'un travail de ce type. De la grammaire? De la conjugaison? À partir des textes libres??? Freinet ou pas Freinet? Ce débat ne m'intéresse pas. D'ailleurs je ne me réclame pas de la pédagogie Freinet, mais de l'utilisation des techniques Freinet "traditionnelles" et de la pédagogie institutionnelle pour apprendre aux enfants à lire-écrire-compter et à grandir. Par contre, je souhaite que les pratiques que je viens de décrire incitent d'autres à décrire les leurs pour qu'un échange s'instaure sur ce terrain. Alors, comment procédez-vous pour l'apprentissage de la langue ?

(1) L'auteur le dit lui-même en fin de texte, plusieurs de ses pratiques relèvent plus de la pédagogie institutionnelle que de la pédagogie Freinet. Il se place ainsi au cœur de la polémique qui a lieu dans le mouvement entre les tenants des deux approches. On pourra en savoir plus et se faire une idée en consultant le "petit dossier de la pédagogie institutionnelle".

Pratiques d'apprentissage de la langue à partir des textes libres

(Janine Charron)

Aucun enfant de ma classe (IME 7 à 9 ans) ne sait écrire. L'objectif que je poursuis en pratiquant cette technique est plutôt l'expression, disons orale puisque les enfants me dictent leur texte. J'essaie qu'ils comprennent que ce qu'ils disent peut être écrit et devenir un texte écrit (donc lisible pour d'autres: impression dans le journal, envoi aux correspondants…).

Chaque enfant a un cahier (de travaux pratiques: une page dessin, une page pour écrire) de textes. Il peut faire un texte quand il le désire, en fait quand je suis disponible pour lui écrire, c'est à dire pendant les moments de travail individualisé. Mais je m'aperçois que lorsqu'un enfant m'apporte son cahier pour que je lui écrive son histoire, beaucoup d'autres enfants suivent et ce n'est pas facile à gérer car ils ont beaucoup de mal à attendre leur tour.

Donc, suivant les moments, j'écris l'histoire sous dictée, et ensuite, l'enfant va essayer de la recopier ou d'en recopier une partie (suivant les possibilités graphiques de chacun) et illustrer son texte. S'il y a trop d'enfants qui ont besoin de moi, je leur demande de faire d'abord le dessin de leur histoire, et qu'ensuite, je l'écrirai. Mais cette démarche ne me satisfait qu'à moitié car les liens entre expression graphique et expression orale sont trop importants.

Tous les textes sont lus à toute la classe au moment de la présentation des travaux. Les enfants ont quelques fois des difficultés à voir la différence entre un texte (je leur dis une histoire) qui raconte quelque chose et un dessin qui est comme une photo d'un événement. Le texte (peut être vrai ou imaginaire) a un déroulement, un début, une fin. Je ne fais pas de vocabulaire sur le texte, j'essaie seulement quand je l'écris que l'enfant précise sa pensée et l'exprime le plus clairement possible, sans changer son expression.

Le texte libre

(Marie-Pierre Fontana)

Ayant des enfants en échec scolaire, avec des problèmes importants (troubles du caractère, de la personnalité…), j'ai deux objectifs principaux:

Travailler des notions de français à partir des textes libres ne rentre pas dans mes principaux objectifs. Cependant, il arrive que j'exploite le texte en grammaire ou conjugaison, mais jamais systématiquement (de plus, j'ai peu d'enfants de niveau CE1 ou plus).

Avec les apprentis-lecteurs

J'utilise le texte comme support pour l'apprentissage de la lecture:

L'écriture du texte

S'il a besoin de corriger des fautes de grammaire, orthographe, conjugaison, de préciser le vocabulaire, c'est donc individuellement, avec moi, que cela est fait. Si certaines notions sont à revoir, l'enfant les reprendra en travail individualisé sur son plan de travail personnel.

La présentation des textes libres

Les textes présentés chaque samedi matin sont donc corrects. Chacun peut alors demander des précisions, faire des remarques, poser des questions. La présentation de textes est un moment très riche et important dans ma classe. À la fin de la présentation, on choisit un texte: on vote (secrètement à mon oreille).

Le texte élu

Avec les enfants qui apprennent à lire, chaque  jour, on fera des jeux de lecture à partir de ce texte (jeux oraux): chasse aux mots connus, nouveaux, mots effacés à retrouver, piquage mutuel (un enfant montre un mot à un autre qui doit lui lire), copie-dictée (je nomme un mot; les enfants doivent les retrouver et les écrire sur leur ardoise), quelques fois on mime le texte, on pose des questions sur le texte, on le décrit (nombre de phrases, de mots, remarques diverses…), on pioche des mots et on le retrouve dans le texte, on invente des phrases avec ces mots piochés…

Pour les autres, des jeux et des exercices écrits… phrases à compléter, vrai ou faux, série de mots (retrouver dans chaque série les mots du texte), intrus, mots à placer dans une grille (mots croisés), retrouver l'ordre des composants du texte, les numéroter, mettre le déterminant devant les noms, faire le plus de phrases possibles avec quelques mots donnés, retrouver les phrases du texte dans un contexte élargi…

À chaque texte élu, je fabrique une fiche avec des exercices de ce type; sur cette fiche je n'emploie que des mots du texte. Les enfants peuvent donc la faire sur leur plan de travail (lors du travail individuel). De même, chaque texte est mis en étiquettes dans une enveloppe. L'enfant peut donc reconstituer le texte avec modèle, puis sans modèle, piocher les étiquettes et lire les mots.

Tous les noms des textes sont dessinés ou illustrés par une image (une fiche par mot). Dans notre "boîte à mots" des textes. Dans cette boîte, il y a aussi les mots écrits (au recto en cursive, au verso en script). Ceci constitue un jeu de lecture:

Je fais aussi des fiches avec des exercices, faisant appel aux mots de plusieurs textes. Exemple: ce qui se mange ou non, ce qui vit, ce que l'on trouve à la maison, ce que l'on peut acheter, ce qui vole, il ou elle, il est…, je suis…, on va aller…, j'ai joué…, des devinettes du type: j'ai mangé de la compote, qui suis-je?… À quoi te fait penser ce mot: vache? À correspondant, dame, lait.

Avec les enfants qui savent lire

…Mais ceci n'a rien de systématique.


Haut de la page