AccueilPlan du siteSommaire Pratique

Controverses...

Que vient faire la pédagogie institutionnelle en pédagogie Freinet ?

Marc Audet, 2003

Le petit texte qui suit ne vise qu'à préciser un peu pour les visiteurs de mon site, pourquoi ils peuvent y trouver et consulter des textes sur la pédagogie institutionnelle. Il faut remarquer en même temps, qu'ils trouveront aussi, éventuellement, des écrits sur d'autres approches pédagogiques. Mais le cas de la pédagogie institutionnelle est particulier: c'est un sujet très "sensible" dans les parages du mouvement Freinet; les tenants de la pédagogie institutionnelle sont, ou étaient, ou sont devenus des tenants de la pédagogie Freinet, pour plusieurs, et selon les personnes, alors que d'autres évoluent en parallèle sans toutefois y venir.
Cela tient en bonne part à l'histoire (mais peut-être pas uniquement)!
On fera ailleurs, et d'une bien meilleure façon que la mienne, l'histoire de cette "proximité" (voir : "les outils de la PI structurant le groupe classe", "PF ou PI.débat", et "TF-PI ou PF-TI", plus loin), mais il convient d'ajouter un point de vue différent sur le débat que suscite toujours les associations qu'on peut faire entre les deux approches pédagogiques.
Ce point de vue différent est à la fois dû au fait que le temps a passé et que les antagonismes qui surgissaient à l'évocation d'une parenté sont le fait de ceux qui les ont vécus, et pour ma part, au fait que les "étrangers" au débat ne sont pas touchés autant et de la même manière par ces antagonismes. Il faut savoir que les oppositions se sont vécues en France, principalement, et qu'en dehors des lieux "nationaux" d'échanges pour les tenants des deux approches, la sensibilité des oppositions n'est pas du tout la même.
En effet, aujourd'hui, comprendre ce qui opposa jadis les gens sur la question, nécessite de connaître les événements et les gens qui les ont vécus; ce n'est pas à la portée de tout le monde. Les pédagogues d'aujourd'hui, …euh!…je veux dire ceux qui sont venus après ces événements, ne peuvent pas être touchés par ces oppositions de manière aussi sensible.
Même si les gens qui adhèrent aux valeurs de la pédagogie Freinet peuvent éventuellement être heurtés par certains aspects "structurants" de la pédagogie institutionnelle (je pense aux "ceintures" et à la "monnaie intérieure, par exemple), et ainsi s'y opposer, il reste que justement, ces aspects structurants sont très intéressants pour qui vit des situations plus difficiles, dans sa pratique quotidienne, ou pour qui ne se sent pas toujours suffisamment "organisé" dans sa pratique. La "classe institutionnelle" est séduisante, pour plusieurs enseignants qui autrement ne sauraient pas toujours comment s'organiser. Elle propose une vision plus structurée de l'organisation de la classe.
Il y a toujours eu, à mon sens, et je le dis comme quelqu'un qui regarde les choses de l'extérieur, quelque chose comme deux pistes d'approche de la pédagogie Freinet. Une première où "l'aspect créatif et naturel" de l'apprentissage est le leitmotiv et qui convient très bien à qui se sent à l'aise malgré l'incertitude; l'autre où, ne se sentant pas en pleine certitude, on est bien content de compter sur des manières de faire éprouvées, des procédures fixées. De mauvaises langues parlent de "l'approche fleur bleue" et de "la manière recette".
Pour ma part, je suis le type même de l'enseignant qui passe par la structure, qui aime bien que ce qu'il pense passe par l'objet, la procédure… je ne me considère pas comme créatif, je suis un enseignant "ordinaire"; c'est pourquoi la pédagogie institutionnelle m'a séduit. La "sécurité" que certaines institutions apportent en classe me donnent de l'assurance. Et j'oserais dire que bien des enseignants sont de ce type et qu'ils peuvent trouver eux aussi séduisantes les propositions de la pédagogie institutionnelle. Ainsi, je crois, on peut se construire une sorte de mélange des deux approches et s'y sentir bien, à condition d'accepter de se confronter soi-même de temps en temps aux nécessaires questions qui surgissent quand une "institution" paraît contredire les principes de tâtonnement, de liberté, et contrarier l'expression, l'autonomie de l'enfant.
Je me sens parfaitement en accord avec les valeurs de la pédagogie Freinet; je m'y suis "retrouvé comme chez moi" aussitôt que j'en ai eu connaissance. Pourtant, je suis aussi à l'aise avec plusieurs des institutions de la pédagogie institutionnelle. Il faut croire que malgré des différences identifiables, ou des oppositions apparentes, il y a malgré tout une parenté certaine. Et quand je parle de pédagogie Freinet, quand je la présente aux gens, je ne fais généralement pas de distinctions entre ses outils ou techniques, et quelques autres qui viennent plutôt de la pédagogie institutionnelle.
Je laisse donc au jugement des visiteurs le soin de peser les choses à leur manière, ce qu'ils feront de toute façon, n'en déplaise à quiconque.

Pour vous informer et vous faire une idée, prenez le temps de lire…

LA CLASSE INSTITUTIONNELLE

TF-PI ou PF-TI ? Eclairages pour des choix…, de Patrick Robo

Pédagogie institutionnelle, Bibliographie, proposé par courriel sur la liste Freinet, et que je relaie pour vous

Plus tard. Après avoir compris de quoi il est question vous pourrez aller voir avec profit:

Le petit dossier des ceintures, brevets et autres techniques évaluatives…, une série de 7 textes, tirés de nos revues (si vous n'en choisissez qu'un, allez donc à la synthèse!):

Les couleurs et l'organisation de la classe,   

Des ceintures de comportement aux couleurs de reconnaissance,   

Réflexions sur les ceintures de comportement,   

À propos des ceintures ou couleurs de comportement,   

Des ceintures en lecture,   

Échelle d'évaluation, une synthèse,   

Une démarche

Haut de la page